Je dis souvent qu’il faut commencer par travailler son positionnement quand on se lance, et cela passe par choisir sa cible. Mais ce n’est pas uniquement le cas quand on se lance. C’est aussi quand on veut publier du contenu sur internet. Quand on veut communiquer. La stratégie de contenu passe par une connaissance approfondie de sa cible.

Pourquoi c’est si important de définir sa cible ?

Parce que s’adresser à tout le monde c’est comme s’adresser à personne.

Imagine que tu souhaites arrêter de fumer, tu as un peu tout essayé, tu as entendu parlé par tes amis d’un hypnothérapeute spécialisé dans l’arrêt du tabac et il parait qu’il a de bons résultats. Tu décides de faire appel à un hypnothérapeute. Vas-tu choisir un thérapeute X ou Y ou préfèreras-tu un spécialisé dans cette problématique ? La réponse est vite trouvée. Pourquoi irais-tu voir un généraliste, alors que lors de cette conversation, on  t’a parlé d’un spécialiste ?

Un autre exemple : l’autre jour j’ai vu un questionnaire d’un futur thérapeute justement. Cela s’adressait aux mamans d’enfants en bas âge avec des problèmes de peau, type eczéma, zona etc. La cible est hyper hyper précise, on pourrait alors se dire : cette entrepreneure prend des risques à choisir une cible aussi restreinte ! Sauf que : je suis mère d’enfant en bas âge et je souffre de psoriasis, dérangeant, voire très dérangeant à certaines périodes. J’avais l’impression que cette femme me parlait à moi. Je me demandais presque comment elle avait pu deviner tout ça sur moi (certainement parce qu’elle y était passée elle aussi).

Comment est-ce que l’on définit sa cible ?

En arrêtant de l’appeler une cible et en se disant que c’est ton client idéal, ton client de cœur.
Là, ça baisse tout de suite la pression d’un cran, de cible à abattre, ça devient un client de cœur, que tu aimes.

C’est aussi simple que ça, avec qui as-tu envie de travailler chaque jour ?

Choisir une cible est parfois très difficile, parce que choisir par définition, c’est renoncer.

Est-ce que ma cible doit me ressembler ?

Non, bien sûr que non, mais… souvent notre cible correspond à nous à un autre moment de notre vie ou nous offrons l’aide que nous aurions aimé trouver à ce moment-là. C’est alors encore plus facile de s’identifier à ces personnes, parce que nous avons été ces personnes et nous avons connu les problèmes qui sont les leurs. Mais ça n’est pas obligatoire.

Pour aller plus loin

Je définis plus précisément mon cœur de cible, mon client idéal (aucun des critères n’est obligatoire, seulement, plus tu auras précisément défini à qui tu t’adresses, selon des critère, plus ce sera facile de la connaître, de faire preuve d’empathie pour construire ton offre, ta communication en fonction…) :

  • Homme ou femme ?
  • Une tranche d’âge en particulier ?
  • Quelle type de travail peuvent exercer ces personnes ?
  • Quel est leur problème vis-à-vis de ma thématique ?

Que faire quand je sais à qui je veux m’adresser ?

J’enquête pour mieux connaître mon client de cœur : tout ce que je ferai ensuite sera focus sur lui et non sur moi. C’est lui, le héros de mon histoire.

  • Sur les groupes facebook, je publie des questionnaires, autour de moi…
  • Je me construis un univers avec deux trois personnes fictives (que l’on appelle des persona) et j’imagine leurs besoins, leurs préoccupations, sur quel réseau social ou quel média elles utilisent ? Qu’est ce qui peut les freiner ? Quand on a répondu à ces questions, on a fait une grosse partie du travail.

Pourquoi j’ai choisi d’accompagner les femmes ?

J’ai fait ce choix avant même de faire ma formation d’accompagnante en féminin sacré, j’étais appelée par cela.

Auparavant j’étais responsable marketing et commercial dans un autre secteur, dans les services et j’étais spécialiste de ce secteur d’activité. J’avais un peu de réseau et j’ai voulu me mettre à mon compte, avant de me rendre compte que dans l’esprit des personnes avec qui j’échangeais, même celles qui connaissaient mes qualités professionnelles, l’expert est masculin. J’allais donc devoir me battre si je voulais jouer dans la cour des grands.

J’aurais pu insister dans ce domaine auquel j’avais dédié toute ma carrière, mais j’ai décidé que je n’avais pas envie de me battre pour cela, que je me ferai ma place ailleurs en apportant mon aide à une cible qui m’est chère : la cible féminine.

Dans l’entrepreneuriat aussi il existe des inégalités et 3 entrepreneurs sur 10 seulement sont des femmes. Les femmes ont besoin de prendre confiance en elles, d’oser, oser briller, prendre conscience de leurs conditionnements.

Je ne refuserai jamais d’accompagner un homme, mais j’ai choisi d’accompagner les femmes entrepreneures à oser, à passer à l’action et à aller vers plus de succès, au travers de formations, de consulting et d’un travail qui consiste à élever votre énergie féminine. .

Ta cible est définie, et ensuite ? Bravo ! Tu peux construire ton offre de produits/services, ta stratégie de communication et ton contenu sur le web. Pour plus de ressources et obtenir de l’aide pour voir ou revoir les bases de ton entreprise, tu peux consulter mes services ici.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :