Lorsque l’on est coach, thérapeute, praticien bien-être, professeur de yoga … on se demande quelle part accorder au digital, au web, voire au web marketing dans son activité. Cette question est légitime : le digital met une distance, la notion de « virtuel » est à première vue opposée à ce que vous prônez : l’échange vrai, l’être vrai etc… Essayons ici d’apporter des éléments de réponses à cette question.

Humain et digital quand on est thérapeute ou autre : est-ce compatible ?

Ma réponse est indéniablement oui. Pour travailler avec mes clientes par internet, en visio, pour avoir suivi des programmes et fait appel à d’autres professionnels à distance, je peux témoigner de la profondeur que peuvent prendre certains échanges, même avec la distance.

Cela évite des tracas de transport, d’horaires à tenir avec les replays, cela efface les frontières…

Les avantages de la virtualisation

Pensez à cette période incertaine de Covid. Bienheureuses les personnes qui auront digitalisé tout ou partie de leur offre. Ils ne sont que moyennement impactés par les mesures de restriction, voire peu ou pas du tout. Certains entrepreneurs en ligne ont eu plus de succès ces 12 derniers mois qu’auparavant. Les personnes se dirigeant naturellement vers internet pour répondre à leurs besoins et combler les fermetures des cabinets.

Cette période incertaine de Covid est inédite mais les experts sont formels : s’agissant en partie d’une crise de la biodiversité, il y a des chances que cela se reproduise à l’avenir. Personne ne pourra dire qu’il n’a pas été prévenu…

Est-il obligatoire pour autant de délivrer des prestations sur internet ? Bien sûr que non, c’est votre choix, mais vous ne pouvez pas ignorer cette opportunité.  

Les inconvénients du tout virtuel

Evidemment le tout virtuel veut dire absence de rapports humains « réels », avec le parfum, le toucher, l’échange énergétique plus facile quand on est dans la même pièce. Cela ne peut pas convenir à tout le monde, cela dépend de votre caractère et de vos aspirations personnelles. Je l’observe avec le confinement, ce que certaines personnes dont moi apprécient volontiers, de travailler à la maison, d’autres le supportent mal. Mon mari, pourtant informaticien, n’est clairement pas fait pour le télétravail. Il a BESOIN de se rendre au travail et d’échanger des blagues de manière orale avec ses collègues, le chat ne lui suffit pas, ni la visio. Ce n’est pas dans sa nature. Ne luttez pas contre votre nature, peu de chance que ce soit profitable pour votre activité.

Digitaliser son offre quand on est coach ou autre : et l’éthique ?

L’éthique, votre éthique, votre intégrité, ne changent pas en fonction des canaux que vous choisissez. Virtualiser, digitaliser est juste un choix de votre part.

on peut le digital comme une opportunité de liberté, de toucher plus de monde

Se passer du web quand on est entrepreneur du bien-être, thérapeute ou toute autre profession ?

Cette fois-ci ma réponse est indéniablement non. Quand bien même vous n’exerceriez qu’en présentiel, en cabinet ou autre, vous avez besoin d’être visible sur internet. Vous avez besoin d’y être trouvable. Vous avez besoin d’y donner des informations. A vous de voir si vous choisissez de vous servir de ces leviers pour servir votre activité. Être visible ne veut pas dire devenir une influenceuse. Être visible veut dire avoir une présence, exister, voire délivrer un message, pour être active dans voter communication. Que votre visibilité ne se résume pas aux avis google et à ce que l’on dit de vous.

Quelle part donner au digital quand on est entrepreneur dans le bien être, coach etc. ?

C’est finalement là la question la plus intéressante… Se passer du web … Difficile, si vos concurrents, eux, y sont … mais alors quelle place donner à internet dans mon activité ?

  • Travailler ma présence pour y être visible et intentionnelle dans ce que verra l’internaute, et à partir de là, définir quel temps je veux y consacrer.
  • Travailler ma présence, avoir une ou des offres en ligne et travailler également en présentiel
  • Le tout virtuel. Ma présence en ligne est travaillée, tous mes services sont proposés en ligne.

Rien n’est gravé dans le marbre : quoi que vous décidiez, cela peut être amené à évoluer. Maintenant je conseillerai à une entrepreneure qui le peut et qui le veut d’intégrer la notion de crise sanitaire et de possible interdiction d’exercer en présentiel à son activité. Ok vous n’êtes pas obligée de virtualiser votre offre mais peut-être avoir un plan B, une nouvelle opportunité de croissance prête à appliquer si interdiction d’exercer.

two woman chatting
Bien sûr le virtuel ne remplacera jamais une embrassade, un ressenti, un parfum !
(Photo by Pexels.com)

Mais « virtuel » n’est pas antinomique de « réel », « virtuel » n’est pas forcément synonyme « d’ultra filtré » pour paraître quelqu’un d’autre.

C’est aussi une opportunité, de réduire les distances, de rencontrer des personnes formidables que vous n’auriez pas rencontrées autrement, d’aider, de servir plus de personnes. Peut être aussi une opportunité de plus de liberté pour vous.

A vous de choisir quelle place vous laissez au digital dans votre activité de femme entrepreneure. Cette décision vous appartient. Ne laissez juste pas un manque de connaissances vous freiner. Si vous vous demandez comment utiliser le web dans votre activité ou comment switcher tout ou partie de votre offre en ligne, je vous invite à me contacter et nous pourrons mettre en place une stratégie gagnante lors de séances de travail en 1 :1.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :