Très tôt j’ai su que je ressentais très fort les choses.
Je savais sans savoir, dès que j’ai pu je l’ai dit, que le grand chagrin n’était pas grave puisqu’il me faisait sentir vivante et me rendait apte à ressentir aussi les grandes joies.
Ce que je ne savais pas, c’est que je pouvais vivre sans ces montagnes russes.
Paradoxalement, j’ai mis très longtemps à mettre un mot sur mon hypersensibilité.

Mon parcours d’hypersensible

J’ai même oublié cette spécificité chez moi et me la suis rappelée il y a peu. En travaillant sur moi. Je me suis rappelée que j’avais été diagnostiquée HP petite, que j’étais un peu inadaptée à l’école, j’ai revu défiler ma vie, les années de dépression, les dizaines d’années à essayer d’étouffer les émotions. Tous ces indices flagrants.

Il y a quelques années, ma petite voix intérieure m’a poussée à recommander le livre que je lisais en boucle plus jeune. Par curiosité, je me souvenais beaucoup l’apprécier mais pas de l’histoire ni du sujet. Une claque. C’est l’histoire d’un jeune homme inadapté à ce monde et qui entend les plantes pousser. Qui sent ce que personne ne sent.
Je ne crois pas entendre les végétaux pousser, quoi qu’en y travaillant je me dis que peut être…

Mais j’ai également découvert que nous étions peut-être 15% à 20% de la population et je me suis sentie beaucoup moins seule.

Je n’ai plus de phases dépressives. Je n’ai plus besoin d’artifices pour étouffer mes émotions. Je ne me laisse plus dévorer par les émotions des autres. Je ne suis pourtant pas devenue apathique.
C’est juste que j’ai su m’éloigner des facteurs déclencheurs. Je sais mieux me préserver.

Aussi j’ai conservé mes sens.
J’ai compris que je sentais certains choses. Que tout le monde ne sent pas.
Que peut-être c’était une force après tout, ce qui m’avait handicapé pendant si longtemps.

Aujourd’hui je recherche l’équilibre

Je n’y peux rien, je passe des heures à penser à la souffrance du monde. Et ça me fait vraiment mal. J’ai mal pour notre planète, pour le monde animal (dont nous faisons partie…), le monde végétal et minéral. Je passe aussi des heures à penser à la beauté du monde, de la vie, et de ce qu’il y a de plus grand que nous et cette beauté sans nom me procure un bonheur intense.

Je suis désormais à la recherche de l’équilibre dans toute chose. C’est l’histoire de ma vie.
Après tant de temps à n’avoir connu que les extrêmes.

Parce que là où il y a de la lumière, il y a aussi de l’ombre ; là où la mer est haute, elle est aussi basse quelque part. Transformer cette dualité en unité, atteindre, effleurer cette sensation du bout des doigts me procure une sensation exaltante.

C’est aussi l’histoire du masculin et du féminin en chacun de nous.
C’est aussi l’équilibre entre le Faire et l’Être.

Dans mon contenu, je parle souvent de ça pour votre entreprise, mais c’est valable pour toute chose.

Les à priori opposés ne sont pas opposés. Ils forment un tout.

Dans votre entreprise, je vous invite à chercher cet équilibre. Puissant. Le saint graal. Ne me prenez pas au mot quand je vous parle d’entreprendre avec l’énergie féminine. Il s’agit souvent d’élever notre énergie féminine car celle-ci a été un peu étouffée par la société dans laquelle nous vivons.
Mais vous aurez besoin de l’énergie masculine pour développer votre activité. Sans actions il ne se passera rien. L’intuition seule ne suffit pas.

Vous devez trouver l’équilibre.

Pour vous faire accompagner dans le développement de votre équilibre entreprise, c’est par ici.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :